Nikon livre une nouvelle version de son bridge Coolpix, le P1000, avec comme arme fatale un mega zoom 125x revendiquant une longueur focale de 3000 mm ! Plan très rapproché sur ce drôle de spécimen.

 

Quel zoom !

 

L’engin ne passera nulle part inaperçu. Zoom totalement déployé, cette curiosité flirte avec les 30 centimètres de long. Car Nikon a voulu que le digne successeur de son P900 voit encore plus loin, plus haut, plus fort... Sur le papier, l’argument phare du P1000 est clairement l’ultralarge plage focale couverte par son appendice optique : une capacité de grossissement de 125x (en équivalent 24x36), de 24 mm à 3000 mm. Là où avant lui le P900 était déjà armé d’un zoom 83 x allant jusqu’à 2000 mm.  Donc, prouesse ! Le tout étant de savoir si c’est pour un mieux photographique et si le nouveau venu a les moyens de ses ambitions. A l’analyse, il apparaît que mister P1000 a les défauts de ses qualités et que son label de « mégazoom » le déforce sur certains plans. Une réalité courante dans sa catégorie, les bridge. Pour rappel, ce sont ces appareils qui, comme leur nom l’indique, tentent d’être le pont, la jonction entre les gammes d’appareils numériques compacts et les reflex. Avec comme traits principaux : une polyvalence, des fonctions numériques avancées, un objectif puissant mais non interchangeable et un viseur électronique. Face à cette catégorie intermédiaire, tout dépend de votre niveau d’exigence.

 

 

 

P1000 en forces…

Au rang des qualités, hormis sa capacité déjà évoquée de zoomer à l’extrême, le nouveau-venu est polyvalent, dispose d’un viseur bien dessiné et agréable de 2,3 MPix. Malgré son volume, le poids d’ensemble de l’appareil reste raisonnable autour de 1,4 kilos, et jouit d’une prise en main et d’une ergonomie réfléchie. Une commande zoom latérale permet par exemple de déployer ou rétracter l'objectif par simple pression. Son menu est simple, son écran pivotant (hélas non tactile) et, en par bonnes conditions lumineuses, le P1000 fait honorablement son job. Grâce au système de réduction de vibration (VR) optique à double détection, ses images sont stables. Enfin, comparée à celle du P900, la fonction vidéo profite d’une belle amélioration grâce à une meilleure réactivité de l’autofocus et le format 4K UHD.

 

 

… et faiblesses

 

La médaille a ses revers, gênants si l’on recherche plus que le côté fun ou qu’on en attend plus que des prises de vue amateur en format jpeg. Equipé d’un petit capteur CMOS 16 Mpx, 1/2,3", le P1000 ne peut pas faire de miracle côté rendu. La qualité des images diminue surtout en conditions lumineuses moins confortables et plus le zoom est déployé, surtout au-delà de 1000 mm. A fond de zoom, la limite d’ouverture est de F/8. Cette baisse progressive d’une qualité pro des photos va de pair avec un souci de réactivité de l’appareil. L’autofocus devient capricieux voire récalcitrant… Les puristes sont donc réservés sur cet engin, certes original mais susceptible de bonnes comme de mauvaises surprises. Reste au consommateur à savoir ce qu’il recherche vraiment. Tâter pour la première fois d’un bridge compact à très gros zoom sans se prendre la tête (ce pourquoi, soit dit en passant, le P900 peut aussi convenir.) ? Opter pour un appareil « tout en un » à longue focale ? Assouvir sa curiosité face à un appareil étonnant ? A vous de choisir. Une chose est sûre, son prix : 1099 euros dans votre Photo Galerie.