Se détourner de son nombril et de son viseur personnel permet d’ouvrir son regard. Pour cela, cap sur les expos photo. En février, cap sur l’Asie et la Belgique autrement. En 4 expos gratuites.

 

Résolution photo 2019, courez les expos !

 

Rétro 2018 des photographes de presse namurois

Pour un ultime coup d’œil sur 2018, plongez dans le dynamique vivier namurois des photo-reporters. Les regards de dix d’entre eux composent un kaleidoscope très sportif et contrasté de cette année d’épopée diabolique en Coupe du monde de foot. Les photos de Russie répondent à la ferveur des supporters belges restés au pays. On fait aussi un détour par le cyclisme, la boxe ou la F1 ou… la politique. Autre sport d’où dépassent les têtes bien croquées des ténors internationaux (Trump, May, Merkel) et belges (Hedebouw, Fournaux, Prévot) ou les nombreux citoyens mobilisés pour diverses causes. Une volée de photos de la vie culturelle namuroise au fil des quatre saisons ramène enfin à la simplicité et au vivre ensemble dans cette Belgique agitée. Photographie à hauteur d’hommes ou par drones.

 

 

Du vendredi 25 janvier au dimanche 24 février 

Galerie du Beffroi - Rue du Beffroi, 13, 5000 Namur

https://www.facebook.com/galeriedubeffroinamur

Gratuit

 

Platteland

On reste en Belgique mais sur un autre mode photo. Une errance plus introspective, insolite, déroutante. Celle en noir et blanc de Simon Vansteenwinckel à travers notre, son, « plat pays » au fil des années. Son récit visuel enchaîne les images ciselées avec l’amour du grain et du cachet argentique. Une Belgique captée sous un angle si intensément subjectif que le spectateur ne peut que se demander : « sommes-nous encore en Belgique ? » Le photographe joue habilement de cette interrogation au fil de son expo (prolongée d’un très beau livre grand format), qui ne laissera aucun Belge indifférent. Le tout chez Home Frit’ Home, endroit qui ne manque pas de sel.

 

 

Du vendredi 1er février au samedi 4 mai 

Home Frit' Home

http://www.homefrithome.com/

http://www.simonvansteenwinckel.com/

Rue des Alliés, 242 – 1190 Bruxelles

 

Hexie Hao 

En chinois, Hexie Hao signifie Harmonie. C’est aussi le nom de la compagnie de chemin de fer de la république communiste. Le photographe Jean-Luc Feixa en a fait son univers et son moyen de déplacement pour un périple, entre rêverie, réalité brute, de Pékin à Shanghai en passant par les rizières en terrasse de Longji et Pingyao. Il a ramené de son immersion une fresque photographique composée d’images en noir et blanc révélatrices d’une Chine aux contrastes extrêmes, balançant entre fureur et quiétude, banalité et complexité, solitude et surpopulation. Saisis en argentique, les instantanés de son carnet de voyages s’expriment en jouant des lignes architecturales de la Chine d’aujourd’hui et des silhouettes humaines dans leur simplicité quotidienne. Ce parcours intimiste à travers la Chine actuelle ne pouvait trouver meilleur écrin que « Le Cercle des Voyageurs » pour exposer sa quête d’harmonie.

 

  

Du dimanche 3 février au samedi 30 mars 

Le Cercle des Voyageurs

https://www.lecercledesvoyageurs.com/

https://www.jeanlucfeixa.com/hexiehao

Rue des Grands Carmes, 18 - 1000 Bruxelles

 

 

Asia/Myosotis

Après les évocations de la petite Belgique puis du géant chinois, voici une seule expo qui fait cohabiter des univers voisins mais sous des approches différentes. Thierry Cantillon a sillonné l’Asie pour en ramener le plein d’émotions. Humaines, esthétiques et personnelles. Et de réflexion. C’est une réflexion profonde qui a aussi saisi son coloc d’expo, Mathieu Bauwens. Lui, c’est dans son propre pays, notre Belgique qu’il s’est employé à creuser un thème qui zèbre notre pays depuis des décennies : la frontière linguistique. Au lendemain des élections de 2014 et du boum de la NV&A indépendantiste, il a ressenti l’urgence d’essayer de démonter, en photo, l’éventuelle réalité de cette ligne invisible.  Dans « Myosotis », sa quête de sens et sa réflexion s’incarnent, en noir et blanc, en couples vivant cette différence de langues au quotidien. Une belle claque photographique aux préjugés et idéologies qui divisent.

 

  

Jusqu’au dimanche 24 février 

Galerie Verhaeren

http://galerieverhaeren.be/

Rue Gratès, 7 - 1170 Bruxelles