Alors que Panasonic et concurrents bataillent sur le plein format pour hybride, Olympus reste au balcon…  Tout en renforçant sa gamme 4/3’’, d’un nouvel athlète très très rapide et endurant.  

 

En forme olympique

 

Bien sûr, l’arrivée du OM-D E-M1X n’est pas un événement tel que la sortie fin mars des premiers hybrides plein format S1 et S1R de Panasonic.

Evidemment, le nouveau-venu prend la suite en version améliorée de l’OM-D E-M1 Mark II déjà bourré de qualités. Cependant, l’E-M1X a de nouveaux arguments à faire valoir et devient le modèle le plus haut de gamme d’Olympus capable de relancer l’intérêt des fondus de photos sportives toujours en quête, comme leurs sujets photographiés, de performances.

 

 

 

Sur vitaminé…

Dévoilé officiellement ce 24 janvier, le E-M1X est en effet, ni plus ni moins, la version sur vitaminée de son prédécesseur pourtant déjà bien nerveux. Le vrai plus repose sur l’arrivée de deux processeurs TruePic VIII afin d’optimiser la réactivité globale de l’appareil. La stabilisation sur 5 axes s’annonce redoutable et améliorée. Elle autoriserait un gain jusqu’à 7,5 IL (indice de lumination résultant de la combinaison ouverture du diaphragme et vitesse d’obturation). Enfin, un mode haute résolution autoriserait même cet hybride pro à saisir des images à 50 MPix à main levée ! Il jouira d’un autofocus encore plus fulgurant, d’un mode pro capture et d’un système AF à 121 collimateurs en croix. Question rafale, sa vivacité s’étalerait de minimum 18 images seconde jusqu’à maximum 60 en certaines conditions. Globalement, il est présenté comme deux fois plus rapide que le M1 Mark II…

 

 

 

… et bien équipé

Pour se frotter encore plus à la photographie sportive, Olympus n’a rien négligé. Outre les qualités de son aîné (dalle tactile orientable, viseur électronique de 2,36 MPix, capteur 4/3 de 20 MPX toujours un peu limite) sa prise en main, sa tropicalisation, sa compacité et son poids léger (moins d’un kilo avec batteries) en font un athlète élancé, souple, résistant et endurant capable de tenir la distance. Reste le prix de 2999 euros, un peu élevé comparé à des hybrides plein format comme le Sony A7 III, mais le E-M1X ne s’en laisse vraiment pas conter, tient la distance grâce à son équipement complet et ses avancées. Notamment dans sa section vidéo très performante. En matière d’autonomie, ses deux batteries BLH-1, compatibles avec l'E-M1 Mark II, assurent à l'appareil une autonomie de 2 580 images. Enfin, côté optiques, les appréciables Zuiko de Olympus dont les Digital ED 12-100 mm f/4.0 IS PRO et Digital ED 45 mm f/1,2 IS PRO ont toutes les qualités pour devenir les yeux idéaux et grands ouverts du nouvel ami des photographes sportifs de haut niveau. Le colosse carré déboule sur le terrain commercial fin février.